En Suisse, nous appelons communément les trois pouvoirs décisionnels et financiers, la Commune, le Canton et la Confédération. Le Conseil régional, rebaptisé Région de Nyon dans un premier temps, puis « La Région de Nyon » dans un acte de communication visant à jeter la confusion dans les esprits, est une simple association de communes qui a pour but de mener des actions de coordination, de pilotage ou de facilitation de projets régionaux. Elle ne représente toutefois pas toutes les communes du District et ne devrait pas avoir de pouvoir de décision se substituant aux communes.

Or, en s’organisant avec des organes exécutif et législatif, comme les 3 pouvoirs “officiels”, Région de Nyon ne se cantonne pas à son rôle de coordinateur. Elle adopte le budget, autorise les crédits extrabudgétaires, les emprunts et les cautionnements. Ces décisions engagent les communes membres. Ces communes se déchargent d’un certain nombre de tâches en la faveur de Région de Nyon, lui conférant donc un pouvoir. Elles lui délèguent également le droit d’investir ou de dépenser, sans passer par le législatif communal.

Région de Nyon se défend de se poser comme un quatrième pouvoir dans notre région, mais pourtant, en s’intercalant entre le Canton et les communes du District, le quatrième pouvoir est bien présent.

Le Conseil communal de Prangins constatant que celle-ci outrepasse les compétences qui lui ont été attribuées a décidé de s’en éloigner. Il rejoint ainsi les communes qui préfèrent disposer de leur autonomie de décision plutôt de la confier à une structure supplémentaire qui ne défend pas ses intérêts. Cette décision ne remet pas pour autant en cause la collaboration régionale à laquelle Prangins continuera à participer, mais de manière souveraine.

Olivier Binz, Conseiller communal, Prangins