On commence à voir se dessiner les effets de la question posée par les référendaires à Prangins. Si la décision de sortir est confirmée, d’autres communes vont suivre et Région de Nyon pourrait imploser. Si comme le demandent les référendaires la décision est de rester, Région de Nyon sera dans une impasse. Dès le 1er janvier 2020, les investissements régionaux (DISREN) ne seront plus possibles sans réforme des statuts. La réforme devra ponctionner des caisses communales qui sont vides. Et la modification des statuts, ce sont les Conseils communaux de chacune des communes qui vont les voter ; pas la population. Tant que la péréquation cantonale ne sera pas clarifiée, 2025 au mieux, plus aucune commune n’acceptera d’ajouter une couche de péréquation régionale pour financer des projets. Tout sera donc bloqué ! Le référendum a servi de caisse de résonance, avertissant les communes du peu de confiance que l’on peut avoir en Région de Nyon.
Les référendaires, amateurs en politique, ont cru bon de lancer l’outil démocratique par excellence sans bien évaluer les circonstances de leur action. Ils se sont brûlés avec les allumettes. J’invite les électeurs à suivre la décision du Conseil communal, refuser les ingérences extérieures et dire OUI le 19 mai pour l’indépendance de notre commune.

Walter Hediger, Conseiller communal à Prangins.